Bonjour mes girly-green !

Je ne sais pas pour vous mais dans la période hivernale (et surtout en début d’année) je ressens un besoin de changement pour retrouver ma sérénité. (Dites moi que je ne suis pas la seule ?! ) J’ai cette sensation de ne pas être libre et d’avoir un poids au dessus de la tête !

Trop de choses qui m’oppressent et surtout une pagaille pas possible dans mon appartement qui me stoppe net quand je rentre du travail.

Pour m’aider dans cette démarche je me suis souvenue qu’au fin fond d’une de mes étagères, coincé entre le tome 1 de 50 nuances de Grey (bah quoi ?^^) et Les Misérables de Victor Hugo (c’est dire l’anarchie qui règne ici ! ) j’ai un petit livre acheté il y a un an et toujours neuf … « J’arrête le superflu » de Joanne Tatham

JArreteLeSuperflu


Les biens matériels et mon intérieur

Et en jetant un rapide coup d’œil, ce ne sont (pour la plupart) pas des affaires à Monsieur qui sont entassées sur les étagères et dans les armoires pleines à craquer … Hum Hum moi qui lui disait que « Non, non, je gère super bien mon organisation ^^ »

Tant de choses accumulées qui à première vue étaient là pour me rendre heureuse, me faciliter la vie, m’apaiser … et qui au final ont un effet inverse. J’ai l’impression d’étouffer dans ma vie !

Ce n’est que le récent article de ma copine Et les kiwis aussi (dont vous trouverez le lien ici) qui m’a donné encore plus l’envie de trouver une solution à ce problème. Elle m’a prouvé qu’on pouvait y arriver sans se marginaliser et tomber dans l’excès.

Parce que oui, éliminer le superflu ce n’est pas seulement faire un grand ménage de Printemps et on en parle plus. Oulala non tu te m’éprends petite girly-green ! Il s’agit de bien plus que cela : c’est un changement de mode de vie avec une façon de voir les choses complètement différentes.

 

J’ai donc commencer à suivre les étapes de mon petit livre oublié … Oui, j’avoue, j’ai trop honte ! Çà valait bien la peine d’acheter un livre qui relate du sujet et de le laisser moisir dans un bordel de livres ^^

J’ai donc commencé … un peu … j’ai déjà fait quelques petites démarches comme dresser une liste des objets à revendre, de ceux à donner etc …

J’attends surtout d’avoir beaucoup plus de temps (d’ici un mois normalement) pour m’y mettre à fond ! Car c’est aussi prendre le temps de faire les choses bien.

Quand nous avons eu l’appartement les tapisseries étaient déjà en très mauvais état et par manque de temps nous n’avons pas encore pris le temps de tout repeindre (nous ne sommes qu’en location après tout). Et cette déco pour le moins originale n’a rien de déstressante quand on rentre à la maison… il va aussi falloir y remédier pour ma part.

J’ai donc appris que rien ne doit être laissé au hasard et que les choses les plus insignifiantes cumulées peuvent nuire à ma bonne humeur.

 


 

Les relations aux autres

C’est un point qui dans un premier temps ne m’a pas sauté aux yeux. Je ne voyais pas comme un sentiment de légèreté et de mieux être pouvait être amélioré par une remise en question de mes relations.

Puis au fur et à mesure du livre j’ai commencé à comprendre la démarche. Le tout étant de trouver un équilibre entre son propre bien être mais aussi celui des autres.

Il n’est pas question de refuser toutes démarches ou relations qui ne nous plaisent pas.

Personnellement d’aller voir ma famille me barbe d’avance. Néanmoins je fais l’effort pour eux et pour moi, parce que le sentiment d’appartenance à ce groupe est très important dans ma façon de voir les choses. (oui je vous ressors mes vieux cours de philo ^^)

VENDREDI-essayerdetreheureux
Un des dessins de la talentueuse Mathou avec le conseil qui tombe bien

Par contre il est hors de question de continuer à voir ma « copine » Ginette (parce que bon çà fait longtemps qu’on se connait tout de même) alors qu’elle ne souhaite me voir uniquement en cas de besoin et n’en a rien à faire du reste. (coucou les déménagements, les trajets de voiture imposés, les coups de mains pour tout et rien …)

Avec mon travail je dois avouer que pour l’instant c’est très difficile de me débarrasser de ces relations polluantes et négatives. Je ne peux pas renvoyer balader une cliente parce qu’elle me pompe tout mon optimisme et mon énergie ! Il s’agit là encore de faire la part des choses entre ce que l’on accepte de faire et ce qui ne semble absolument pas gérable


Je ne sais pas si cet article vous a intéressé (ou pollué ^^) je vous mets dessous les références de livres, blogs etc .. relatant du sujet.

Le blog Etleskiwisaussi par Emmanuelle

J’arrête le superflu (Joanne Tatham )

L’art de l’essentiel (Dominique Loreau)

L’art de la simplicité (Dominique Loreau)

A bientôt

Aurore

Publicités